Sous l'emprise du vide
Sous l'emprise du vide
Seul, les yeux plongés dans l'océan
Le bruit incessant de vagues sentiments
Noie mes derniers désirs ardents
De vivre ma vie autrement
Je n'entends plus le cri de mes enfants
Ni la douce voix de ma femme m'appelant
Il ne reste que le bruissement incessant
De l'océan claquant et me brisant
Tel un rouage se grippant
Mon vieux triste coeur flamboyant
S'est arrêté élégamment 
Enseveli de chagrins en sable collant
Le ciel que je pensais plus clément
Se moque de moi en même temps
En appelant tous simplement
Des mouettes rieuses me rayant
Me toisant de haut en volant
Mes espoirs mourant
Je retourne vers ma vie d'avant
Malgré tout en souriant
Un jour, peut-être, je serais aimant
Autant que je serais aimé également